Chronique : Silence Radio, d’Alice Oseman.

  • Titre : Silence Radio
  • Autrice : Alice Oseman
  • Editeur : Nathan
  • Prix : 16,90€
  • 448 pages.
  • Résumé : « Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J’ai un seul objectif : entrer à Cambridge après le bac. Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne Youtube Universe City. J’aime rire et j’aime dessiner. Et puis je rencontre Aled. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi. »

silence radio

  • Mon avis : une pépite incroyable.

Avant même de lire et d’adorer les trois premiers volumes d’Hearstopper, avant même de tomber amoureuse du style et des sujets qu’aborde Alice Oseman, j’avais acheté ses deux romans qui ont été traduits en français. J’ai mis du temps mais j’ai fini par lire Radio Silence et wooooh, quelle claque.

Il s’agit d’un contemporain tout doux et hyper important, qui peut paraître un peu lent comme on me l’a fait remarquer, mais qui est surtout très beau et infiniment juste. On suit Frances, une lycéenne anglaise, bonne élève, un peu à part, obsedée par l’idée d’entrer dans une bonne université, de faire de belles études, avoir un bon job, réussir sa vie… et qui réalise lentement que tout ne va pas forcément de paire. A travers son regard, on aborde plein de sujets hyper importants.

J’ai tout aimé dans ce roman, vraiment tout. Le style d’écriture qui est peut être très simple à certains moments, ce qui m’a permis de bien rentrer dedans et de dévorer l’histoire, mais qui peut aussi devenir très poétique et te mettre les larmes aux yeux. J’ai aimé l’humour et les références de l’autrice qui transparaissent à travers ses dialogues et ses situations. J’ai aimé les personnages, diversifiés (ça fait du bien, franchement), originaux, atypiques parfois mais toujours attachants, construits, intéressants et beaux. J’ai aimé son histoire, la manière dont elle arrive sans qu’on la voit, la manière dont elle évolue et les détours qu’elle prend, les leçons qu’elle donne. J’ai aimé que l’amour dans le sens AMOUR AMOUR ne soit pas au centre du roman et la justification de tout, pour une fois. J’ai aimé l’histoire mais j’ai aussi aimé les histoires. Celle de Frances, celle d’Aled, celle de Daniel, celle de Carys, celle de Raine … Tout était hyper juste et hyper beau. On parle de famille, de pression sociale, de passion, de rêve, d’amitié, d’amour, d’orientation sexuelle et d’identité. On parle d’avenir, de remise en question, d’acceptation et de persévérance. On parle de plein d’autres choses hyper belles et importantes sans que ça ne soit jamais donneur de leçon ou lourd. Non, c’est juste beau et touchant. Et drôle. Et touchant (oui, je l’ai déjà dit mais c’est vraiment touchant, donc ça mérite d’être dit encore une fois). 

Bref, je pense que vous l’avez compris : c’est un coup de coeur pour ce roman qui est aussi drôle et beau qu’il est important. C’est un roman atypique dont on ne parle pas assez et que je vous recommande vraiment.

Marie ❤


7 réflexions sur “Chronique : Silence Radio, d’Alice Oseman.

  1. En l’ajoutant à ma wish-list, j’ai vu que la VF est parue en 2017 et il ne me semble pas en avoir entendu parler au moment de la sortie… C’est dommage car vue ta chronique, ce doit être une très belle histoire ! Plus qu’à la découvrir maintenant. 😁

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s