Chronique : Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay.

20213_997505

  •  Titre : Elle s’appelait Sarah
  • Auteur : Tatiana de Rosnay
  • Editeur : Le livre de Poche
  • Prix : 6,95€
  • 402 pages
  • Résumé : « Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais. « 

Mon avis : Comme je m’y attendais, ce livre m’a fait pleurer toutes les larmes de mon petit corps à plusieurs reprises. Mais je ne regrette absolument pas cette lecture. Les personnages sont attachants, que ce soit Sarah ou Julia et l’histoire est très bien déroulée. On alterne les chapitres du point de vue et à l’époque de Sarah, et ceux de Julia. Comme on commence par Sarah, on devine certaines choses qui nous sont révélées par la suite dans les chapitres de Julia mais ça n’est pas grave : on ne lit pas ce livre pour le suspens ou pour l’enquête.

On le lit pour lHistoire, celle avec un grand H, celle de la France dans la guerre, celle de l’Occupation et de la collaboration.

On le lit pour les émotions, celles qu’on croit ressentir en même temps que Sarah, tout en sachant que ce qu’elle a vécu et ressenti était mille fois pire.

On le lit pour le souvenir, celui de tous ces êtres humains qui sont morts sans raison, par barbarie. La façon dont on se souvient et la période de déni par laquelle est passée la France est d’ailleurs un thème beaucoup abordé au cours du livre. A travers le regard de Julia, une américaine expatriée à Paris, l’auteure évoque les sentiments des français face à cette période sombre de leur histoire. La honte, la peur, l’indifférence … On explore à peu près toutes les réactions et c’est plein d’émotions.

Vous vous en doutez, c’est parfois assez dur à lire, à cause du sujet de manière générale et de l’histoire de Sarah en particulier. Les réflexions que se fait la petite Sarah sur la cruauté m’ont parfois donné envie de hurler tellement c’était juste. Mais paradoxalement, c’est aussi une lecture assez douce. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, sans doute parce que l’auteure arrive à mettre en avant des choses positives malgré tout …

Maintenant, j’attends de voir le film pour compléter mon avis ! Si vous l’avez vu ou avez lu le livre, n’hésitez pas à me le dire en commentaire. Pour moi, en tout cas, c’était une très belle lecture, que je recommande fortement, surtout si on aime sentir son cœur se serrer à chaque fois qu’on tourne une page …

Marie ❤

Publicités

5 réflexions sur “Chronique : Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay.

    1. Je l’ai vue hier soir, et je peux te dire que l’adaptation est plutôt bonne ! Ils ont simplifié beaucoup de choses et carrément zappé certaines, mais honnêtement, il retranscrit bien l’esprit du livre 🙂 je préfère le livre (évidemment :p) mais le film est vraiment pas mal 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s