Chronique : Concrete Rose, d’Angie Thomas.

  • Titre : Concrete Rose
  • Autrice : Angie Thomas
  • Editeur : Walker Books Ltd
  • Prix : 9,73€
  • 336 pages.
  • Résumé : «  With his King Lord dad in prison and his mom working two jobs, seventeen-year-old Maverick Carter helps the only way he knows how: slinging drugs. Life’s not perfect, but he’s got everything under control. Until he finds out he’s a father… Suddenly it’s not so easy to deal drugs and finish school with a baby dependent on him for everything. So when he’s offered the chance to go straight, he takes it. But when King Lord blood runs through your veins, you don’t get to just walk away. »
  • Mon avis : quel coup de coeur.

Il faut dire que je partais avec beaucoup d’attentes car j’ai lu les deux autres romans d’Angie Thomas et, à chaque fois, j’ai adoré. J’ai adoré On the come up et j’ai encore plus adoré The Hate U Give, une pépite incroyable à mes yeux. Et ben, dites-vous que je pense avoir encore plus aimé Concrete Rose.

J’y ai retrouvé tout ce que j’avais aimé dans les autres romans de l’autrice. Tout d’abord, son talent incroyable pour mettre en scène des personnages absolument magnifiques, plein de profondeur, de doutes, de forces et de faiblesses. Des personnages humains auxquels il est impossible de ne pas s’attacher. Maverick est un personnage vraiment fascinant et attachant et je n’ai pas vu défiler les pages à ses côtés. Enfin, si, mais c’est pour regretter qu’il n’y en ait pas eu plus. C’est aussi hyper agréable de voir l’origine, l’histoire avant celle de Starr. Les clins d’oeil, les références, la jeunesse de ses parents, leurs relations avec d’autres personnages ou avec les King Lord par exemple, ça apporte un vrai plus quand on a lu THUG ou qu’on compte le lire. J’avais l’impression de replonger dans un univers familier, avec des personnages que j’aimais déjà.

En plus de ça, bien sûr, c’est écrit avec une plume asblument magnifique. Angie Thomas est une déesse de l’écriture, je ne vois pas d’autres mots. Tu ris, tu pleures, tu réfléchis, tu te prends au jeu, tu es dedans, tu as peur avec les personnages, tu pleures avec eux … je ne peux même pas vous dire à quel point j’étais happée. Impossible de m’arrêter de lire.

Comme toujours dans les romans de l’autrice, il y a aussi des messages très forts. On parle de courage, de détermination, de prédestination, on parle d’amour et d’engagement, on parle de respect et du fait de grandir. On parle de la famille et de ce que ça signifie de faire partie d’une. On parle de biens d’autres sujets vraiment touchants et je ne le dirais jamais assez : ce roman est une pépite. Je l’ai adoré et il fait désormais partie de mes coups de coeur de 2021. Je ne peux donc que vous conseiller de le lire : je le trouve accessible en anglais et, sinon, on ne peut qu’espérer qu’il sera vite traduit en français !

Marie ❤

Publicité

3 réflexions sur “Chronique : Concrete Rose, d’Angie Thomas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s