Chronique : N’oublie pas les fleurs, de Genki Kawamura.

  • Titre : N’oublie pas les fleurs
  • Autrice : Genki Kawamura
  • Editeur : Fleuve
  • Prix : 18.90€
  • 295 pages.
  • Résumé : « Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet événement n’est que le premier signe de la maladie qui la ronge : quelques mois plus tard, il apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer. À mesure que les souvenirs de Yuriko s’estompent, ceux de l’enfance d’Izumi ressurgissent. En prenant soin de sa mère – au moment où lui-même s’apprête à devenir père – Izumi tente de comprendre ce qui l’a éloigné d’elle au fil du temps, s’interroge sur le sens de leur relation. Pour retrouver l’essentiel de ce qui leur reste à présent. »
Livre : N'oublie pas les fleurs écrit par Genki Kawamura - Fleuve éditions

Merci aux éditions Fleuve pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman poignant.

Il faut savoir que ce roman se dévore. Le style d’écriture est simple, sans chichis mais malgré tout très joli, poétique même parfois. C’est agréable et facile de se plonger dedans. J’ai dévoré le roman en une journée et j’ai passé un très bon moment de lecture.

Je dois avouer que le style d’écriture m’a un peu surprise par instant, essentiellement parce que j’ai trouvé qu’il instaurait parfois une certaine distance entre le lecteur et les personnages. C’est en tout cas l’impression que j’ai eu au début mais, au fil des pages, j’ai révisé mon jugement. Je me suis laissée porter et, au final, cette distance peut faire écho à celle que le protagoniste ressent parfois avec sa mère (voire avec d’autres personnages aussi, par rapport à ses doutes et questionnements). Bref, ça a été la seule petite chose qui m’a légèrement ralentie dans ma lecture (et vu que je l’ai lu en un jour, vous voyez que ça ne m’a pas ralentie TANT QUE CA).

Que dire d’autre sur ce roman ? Il est beau, il est touchant, il aborde de sujets difficiles mais importants… On parle de maladie (Alzheimer en l’occurence), de l’impact qu’elle peut avoir sur les familles, sur les dynamiques familiales, sur l’autonomie et l’identité de chacun. On parle aussi de souvenirs, d’amour, de renonciation, d’acceptation et de peurs. C’est très joliment fait, avec les questionnements et les doutes de chaque personnage, avec cette manière qu’ils ont de chacun apporter quelque chose de particulier au récit… Pour finir, je tiens à préciser que je n’ai pas pleuré (c’est source de fierté pour moi qui pleure très facilement dans mes lectures) mais ça n’est pas passé loin car le sujet est évidemment très émouvant et s’imaginer à la place d’Izumi a remué quelque chose en moi.

Une belle découverte donc, que j’ai pu faire grâce au Club de Lecture Fleuve et ça a été un plaisir d’en discuter après avec les copines du Club !

Marie ❤


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s