Chronique : La nuit où les étoiles se sont éteintes, de Nine Gorman et Marie Alhinho.

  • Titre : La nuit où les étoiles se sont éteintes
  • Autrices : Nine Gorman et Marie Alhinho
  • Editeur : Albin Michel
  • Prix : 17,90€
  • 496 pages.
  • Résumé :  » J’aimerais lui rétorquer que les étoiles s’éteignent et que quand c’est le cas, elles détruisent tout sur leur passageJ’aimerais lui dire que parfois, c’est comme ça que je me sens, comme une supernova sur le point de se transformer en trou noir. » Depuis que sa mère est en prison, Finn pense ne jamais pouvoir remonter la pente. Il se laisse sombrer et tente de s’oublier entre les bras des filles. Mais la vie prend parfois des tournants inattendus… Certaines rencontres éclairent sa route, comme des lumières dans la nuit.Plus sombre est le chaos, plus belle sera l’étoile. « 
La Nuit où les étoiles se sont éteintes - La Nuit où les étoiles se sont  éteintes - Nine Gorman, Alhinho Marie - broché - Achat Livre ou ebook | fnac
  • Mon avis : wow. Juste, wow.

Je n’avais jamais lu de roman de Nine Gorman (je sais, je vis dans une cave ou quoi ?) et j’avais seulement lu les romans jeunesse de Marie Alhinho (Orphéa et Wicca que j’ai adoré, au passage !). Alors j’étais curieuse de voir ce qu’allait donner leur style dans ce roman qui promettait d’être hyper touchant, mais je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais si on peut dire. Je ne m’attendais pas à prendre une telle claque, à être autant embarquée, autant à fond, autant touchée.

Dans ce roman, on suit la descente aux enfers puis la reconstruction de Finn, un ado déjà marqué par la vie. Au fil des pages, on apprend à le connaitre, à l’apprécier, à le comprendre. Au fil des pages, on pleure avec lui face à cette vie qui le met plus bas que terre, on apprend aussi à espérer, on apprend à connaitre ces gens qui l’entourent. C’est vraiment hyper beau comme histoire mais c’est aussi très dur. On aborde des sujets sans filtre et ça peut être vraiment difficile à lire. Il y a des trigger warning au début du roman et je vous les remets ici : viol, violence, consommation d’alcool et de drogues, suicide. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a une étoile au début de chaque chapitre et si l’étoile est vide, c’est qu’il n’y a normalement pas de trigger dans ce chapitre. En revanche, si l’étoile est remplie, colorée en noir, c’est qu’il y en aura. Evidemment, ce n’est pas infaillible car on est pas tous trigger par les mêmes choses, mais j’ai trouvé le système hyper intéressant et utile. Dans mon cas, ça ne m’a pas empêchée d’être trigger à certaines scènes et sur certains sujets mais c’est simplement parce que j’ai fait le choix de tout lire malgré tout. J’étais trop happée par l’histoire.

On pleure, on rit, on s’attache, on dévore les pages et c’est vraiment un roman magnifique que nous offrent Nine et Marie. Il est dur, je l’ai déjà dit, mais il est aussi plein de beaux messages d’espoir et d’amour, de courage et de force. Je n’en dirais pas plus pour vous laisser la surprise et le plaisir de la découverte. J’ai passé un moment intense aux côtés de Finn et sa bande et je ne peux que vous recommander ce roman qui m’a immensément touchée.

Marie ❤


6 réflexions sur “Chronique : La nuit où les étoiles se sont éteintes, de Nine Gorman et Marie Alhinho.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s