Chronique : The Black Flamingo, de Dean Atta.

  • Titre : The Black Flamingo
  • Auteur : Dean Atta
  • Editeur : Hodder Children’s Books
  • Prix : 9,81€
  • 368 pages.
  • Résumé : «  This is not about being ready, it’s not even about being fierce, or fearless, IT’S ABOUT BEING FREE. Michael waits in the stage wings, wearing a pink wig, pink fluffy coat and black heels. One more step will see him illuminated by spotlight. He has been on a journey of bravery to get here, and he is almost ready to show himself to the world in bold colours … »
  • Mon avis : wooow. Juste woow.

Bon, déjà, on se connait, on ne fait pas semblant sur ce blog : j’ai craqué pour la couverture. En toute honnêteté, je n’avais pas vraiment entendu parler de ce roman sur les réseaux quand je l’ai croisé en librairie. Il était si beau … et je suis si faible… bref, je l’ai ramené chez moi. Une fois n’est pas coutume, je l’ai lu assez rapidement. J’ai été charmée par l’écriture en vers, quelque chose je n’appréciais pas forcément il y a quelques années mais qui me parle de plus en plus. Ca a aussi l’avantage de se lire assez vite et j’ai effectivement dévoré le livre.

On suit la vie de Michael alors qu’il grandit, s’affirme, vit des déceptions, se cherche, se trouve, se perd, perd ses repères et ses amis, retrouve un cadre… c’est vraiment une superbe histoire. Comme je le disais, l’écriture en vers rend le tout hyper rythmé, hyper poétique et vraiment dynamique. La plume est superbe et j’ai été happée dès les premiers mots. On suit l’évolution de Michael comme si on était avec lui et c’est hyper immersif. A travers son histoire, on aborde plein de sujets, on pousse le lecteur à réfléchir comme Michael réfléchit… c’est vraiment très poignant et important. On parle d’identité, de famille, d’amour, d’acceptation, de courage, de préjugés, de racisme et d’homophobie, internalisée ou non… il y a des passages vraiment forts et j’ai adoré suivre cette histoire qui met tout ça en lumière de manière que j’ai trouvé très juste (même si je ne suis évidemment pas la mieux placée pour dire si quoi que ce soit concernant l’histoire de Michael est « juste », vous m’avez comprise). En gros ça m’a touchée.

Et j’ai passé un superbe moment avec ce roman. Je vous le conseille vraiment : certes, il n’est pas traduit en VF pour l’instant, mais j’ai trouvé la VO très accessible. Et c’est tellement beau qu’on se laisse porter !

Marie ❤


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s