Chronique : Un été avec Albert, de Marie Pavlenko.

  • Titre : Un été avec Albert
  • Autrice : Marie Pavlenko
  • Editeur : Flammarion Jeunesse
  • Prix : 14€
  • 224 pages.
  • Résumé : « Après le bac, l’été de Soledad était tout tracé. C’était compter sans le divorce de ses parents et le début de dépression de son père. Changement radical d’ambiance et direction les Pyrénées, chez sa grand-mère. Alors que Sol imagine ses vacances vouées à un ennui mortel, un événement inattendu vient totalement les bouleverser. Entre journées en plein soleil et nuits terrifiantes, Soledad va vivre un été hors du commun.« 
Un été avec Albert

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman atypique et attachant !

Je crois bien que j’ai lu tous les romans ados de Marie Pavlenko et, à chaque fois, ça a été une superbe lecture, une claque, une découverte, un plaisir de retrouver son style d’écriture. Ce nouveau roman n’a pas fait exception : je me suis laissée porter par l’histoire, j’ai été happée et j’ai dévoré les 250 pages en une journée. Je dois avouer que ce n’est pas mon préféré de l’autrice mais c’était néanmoins une chouette lecture !

J’ai d’abord été déstabilisée par la tournure que prenait l’intrigue : je trouve que le résumé n’en révèle finalement pas beaucoup. L’évènement « inattendu » du résumé, ça pouvait être n’importe quoi mais j’étais très loin de penser à CE genre d’événement. En plus de ça, il y a une part très mystérieuse dans le récit, avec la présence d’Albert et son rôle, et la réalité de ce qu’il représente et tout ce qui tourne autour… je n’en dirais pas plus pour vous ménager la surprise mais, oui, j’ai été surprise par cet aspect là du roman, auquel, encore une fois, je ne m’attendais pas. Pour autant, ça ne m’a pas freiné. ça rend l’histoire originale et poétique à mes yeux et, de toute façon, je me suis laissée porter par le style d’écriture et les personnages auxquels je me suis énormément attachée.

Je crois vraiment que c’est ce qui me séduit le plus dans les romans de Marie Pavlenko. Cette manière qu’elle a d’écrire, cet humour qu’elle met dans ses pages, cette façon de construire tout un univers et des personnages en quelques phrases… le roman est très court et pourtant, j’avais l’impression de connaitre Soledad depuis des années. C’est un personnage haut en couleur, attachant et auquel il est facile de s’identifier. Une protagoniste que j’ai pris plaisir à suivre. Il y a aussi l’ambiance que retranscrit Marie Pavlenko : mes grands parents habitent dans un tout petit village en montagne, et même s’ils sont en Savoie et non dans les Pyrénées comme c’est le cas dans le roman, j’ai totalement visualisé ce qu’elle décrivait. Le bon comme le mauvais, le solaire comme l’angoissant, le lumineux comme le sombre … c’était très prenant et vraiment bien fait. Un peu oppressant parfois mais c’est gage de qualité puisque j’avais vraiment l’impression d’être à la fenêtre et de guetter les environs avec Soledad.

J’en profite d’ailleurs pour annoncer un TW : c’est parfois gore, avec du sang et des descriptions assez détaillées (en tout cas à mes yeux) de blessures. Je ne m’y attendais pas et si on conjugue ça à l’ambiance un peu sombre des nuits décrites par Soledad, j’étais pas toujours très sereine. Après, certes, je suis une flipette. Mais je préfère vous prévenir.

Sinon et si on doit résumer, vous l’avez deviné : j’ai passé un très bon moment de lecture avec Soledad, Albert et leurs mystères !

Marie ❤


9 réflexions sur “Chronique : Un été avec Albert, de Marie Pavlenko.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s