Chronique : Plus drôle que toi, de Rebecca Elliott.

  • Titre : Plus drôle que toi
  • Autrice : Rebecca Elliott
  • Editeur : Gallimard Jeunesse
  • Prix : 17,90€
  • 400 pages.
  • Résumé : « Mon truc, c’est de faire rire les gens. Je ne connais rien de plus satisfaisant -à part peut-être manger du chocolat. Ce que je vais vous raconter ici, c’est comment ma vie, cette accumulation de petits désastres et de grosses bourdes, a pris un tour inattendu le jour du spectacle du lycée, quand j’ai découvert que cette bombe atomique de Leo Jackson partage ma passion pour le stand-up. Enfin, on la partagerait si on était amis. »
Plus drôle que toi de Rebecca Elliott - Grand Format - Livre - Decitre
  • Mon avis : un roman que j’ai apprécié … enfin je crois ?

Franchement, je suis hyper perturbée par cette lecture. D’un côté, j’ai beaucoup aimé : j’ai trouvé que c’était drôle, plein de peps et de jolis messages. D’un autre … certaines façons de parler, d’aborder les choses et les sujets m’ont un peu dérangée. J’essaie de m’expliquer.

Dans ce roman, on suit Hayley qui a toujours rêvé de faire du stand-up. Il faut dire qu’elle a un humour ravageur ! Le seul « problème » c’est qu’Hayley manque de confiance en elle parce qu’elle est grosse. Lorsqu’elle apprend que le beau gosse du lycée fait aussi du stand-up, elle va se rapprocher de lui : est-ce que tout ses rêves sont sur le point de devenir réalité ?

Pour moi, ce roman était plein de contradiction. Hayley passe son temps à dire qu’elle n’est pas comme les autres filles, qu’elle n’est pas girly… pourtant elle agit exactement comme ça. Je sais que c’est ado, que c’est toujours difficile de se trouver et de se situer entre ce qu’on veut, peut et doit être à cet âge là … mais ça m’a un peu dérangée. C’est d’autant plus le cas qu’elle clame aussi être une super féministe, pourtant ses actions et ses blagues sont souvent faites aux dépens de ses amies ou des femmes qui l’entourent. Je la trouve très dure quand elle parle de ses amies qui sont justement plus « girly » qu’elle. Je la trouve dure quand elle parle de sa mère et de sa relation. Sans compter que les discussions avec ses amies manquent carrément de profondeur (« je t’envie car j’aurais aimé avoir ta poitrine !! euh ?). Encore une fois, j’ai été ado moi aussi, je sais qu’on ne passe pas notre temps à disserter sur la théorie de la relativité mais quand même. Bref, j’ai trouvé son attitude parfois un brin agaçante, même si je comprends aussi que c’était sans doute le but du personnage : montrer son évolution, montrer comment on peut être quand on est ado, plein de certitudes et persuadé d’être dans le vrai … mais il n’empêche que c’était un peu étrange à lire. A côté de ça, c’était intéressant de voir justement l’évolution d’Hayley et de se plonger dans sa tête pour voir ses incertitudes, son manque de confiance en elle et ses blessures. C’était malgré tout très touchant.

Ensuite, il faut bien sûr parler du fait qu’Hayley est décrite comme étant une fille « grosse ». C’est en partie ce qui m’a donné envie de lire le roman car je me suis dit « enfin un peu de diversité dans la littérature ado ! ». Pourtant, même ça, ça m’a déstabilisée. Je n’arrivais pas à savoir si certaines choses dites par l’autrice étaient correctes ou non. Certains propos m’ont parus limites mais je suis peut-être un peu à cheval là dessus, je ne sais pas … en tout cas si j’ai trouvé que les messages de body postivity ou de courage étaient beaux, la manière dont c’était fait m’a laissée sceptique. Rien que le fait qu’Hayley se fasse « volontairement » appeler Truie pendant tout le roman m’a dérangée. Encore une fois, je ne suis pas considérée comme étant en surpoids donc je ne suis sans doute pas la mieux placée pour juger les sentiments et mécanismes de défense d’une personne dans cette situation, mais ça m’a mise très mal à l’aise parce que dans la réalité, j’aurais détesté ça. Peut-être que je dramatise, que je vois le mal là où il n’y en a pas, hein. On peut aussi voir les choses sous cet angle : ce roman n’a pas peur de dire les choses, il décrit une triste réalité sans faire de chichis ? je ne sais pas. Vraiment, je ne sais pas.

Je ne parlerais pas trop de l’histoire avec Leo pour éviter de spoiler, mais je l’ai vu venir gros comme une maison et là encore, certaines choses m’ont plu dans l’histoire, d’autres beaucoup moins… Et vu que ma chronique est déjà beaucoup trop longue, je vais m’arrêter là mais je pense qu’il y aurait bien d’autres sujets à soulever. Bref, vous l’avez compris, je suis totalement déstabilisée. C’est vraiment étrange parce qu’en sortant de ma lecture, je ne peux m’empêcher de me dire que j’ai passé un bon moment. J’ai apprécié l’histoire, j’ai apprécié les personnages (Noah <3), j’ai apprécié le message (ne laisse personne t’empêcher de réaliser ton rêve giiiirl !!) … mais le traitement m’a laissée sceptique. J’aimerais vraiment échanger avec des personnes qui ont lu ce roman parce que j’ai le sentiment qu’il est un peu problématique, sans que je puisse dire si je dramatise ou non …


4 réflexions sur “Chronique : Plus drôle que toi, de Rebecca Elliott.

  1. Mouais… Je vais clairement passer… Et ce que je lis me conforte dans l’idée que « beaucoup » d’auteurs essayent de surfer sur la vague sans vraiment se renseigner, et à vouloir être « in » passent à côté du principal… Il y a vraiment des points que tu mets en avant qui me font grincer des dents… Mais bon… Ton avis mitigé me dit qu’il y a aussi du bon dedans, mais franchement, et je vais parler surtout du fait que l’héroïne soit « en surpoids », c’est pas le premier roman que je vois qui traite très mal du sujet et qui est stéréotypé, et je trouve que c’est contre productif. Surtout que de nos jours, il est facile avec les réseaux sociaux de parler avec les gens concernés et d’en apprendre plus… Enfin…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s