Chronique : Missouri 1627, de Jenni Hendriks et Ted Caplan.

  • Titre : Missouri 1627
  • Auteurs : Jenni Hendriks et Ted Caplan
  • Editeur : Bayard Jeunesse / Page Turners
  • Prix : 15,90€
  • 368 pages.
  • Résumé :  » À 17 ans, Veronica a un avenir prometteur. Élève populaire et brillante, elle vient d’être admise dans une prestigieuse université et sa vie semble toute tracée. Pourtant, le jour où elle découvre qu’elle est enceinte, son monde s’écroule et toutes ses certitudes s’envolent. Elle n’est pas prête. Parfois, dans la vie, il y a des tests qu’on préfèrerait rater… Sa seule solution : se rendre dans une clinique à 1 627 kilomètres de chez elle. Désespérée, elle se tourne vers son ex-meilleure amie, Bailey, punkette affranchie, la seule à qui elle peut demander de l’aide. Commence alors un périple à mille à l’heure sur les routes des États-Unis. Ces deux filles, que tout oppose, vont devoir affronter le monde et prendre leur destin en main. »
Missouri 1627

Merci à Page Turners pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman aussi fort que drôle !

Je dois avouer que j’ai hésité avant de me lancer dans cette lecture. Vu que je suis une petite chose fragile, il m’en faut peu pour que je me mette à pleurer ou à hyperventiler sur un sujet. En d’autres termes, je peux facilement angoisser quand ça part dans des sujets trop difficiles. Mais là, ça m’intéressait et, surtout, c’est un sujet rarement abordé en YA et j’étais curieuse de voir ce que ça allait donner. Et je ne m’attendais pas ça du tout !

Comme prévu, c’est touchant : on parle d’avortement, de famille, de relations toxiques, d’abandon et de pression sociale. On parle de plein de choses et j’ai trouvé que c’était bien fait dans le sens où à aucun moment on est dans le jugement ou dans le cliché. Il énonce juste des faits, suis l’histoire d’une jeune fille qui sait ce qu’elle veut et qui ne laissera rien se mettre en travers de son chemin. Et j’ai adoré ça : pas d’hésitations, pas de blabla ou de leçons moralisatrices. Ce que je n’attendais pas, en revanche, c’est le côté décalé de l’aventure des deux filles, ce road trip rocambolesque et déjanté. C’était original et extrêmement drôle, avec des situations incroyables, de l’esprit dans les dialogues et un rythme effréné.

Si je dois pointer du doigt quelque chose qui m’a dérangée, je dirais que c’est le fait que l’avortement est vu comme une intervention qui prend 5 minutes et hop, après c’est fini (j’exagère un peu, bien sûr, mais c’est l’idée). Alors, si dans les faits c’est rapide, j’aurais aimé qu’on accentue un peu plus de traitement sur la question psychologique. Après, je garde à l’esprit que c’est un roman pour les ados et que le sujet ne peut pas être traité de manière complète ou totalement exhaustive. C’est un parti pris, tout comme la manière de présenter la relation de Ronnie et Kevin. Il n’empêche que le roman a le mérite de traiter de ce sujet si peu abordé dans la littérature YA (je sais que je me répète).

BREF, je sais que ce roman ne plaira sans doute pas à tout le monde vu comme il aborde les choses, je sais qu’il ne sera pas facile pour tout le monde. Mais, personnellement, je l’ai adoré ! Il m’a fait rire, il m’a émue et je le trouve important. Je ne peux donc que vous le conseiller.

Marie ❤


7 réflexions sur “Chronique : Missouri 1627, de Jenni Hendriks et Ted Caplan.

  1. J’ai bien aimé cette lecture et, le fait que l’avortement soit vite traité, qu’il ne soit pas question plus que ça de l’aspect psychologique, ne m’a pas dérangée outre mesure. Il y a des personnes pour qui les avortements se passent bien et pour qui ce n’est qu’un moment désagréable à passer et, vu la façon dont Hendricks et Caplan ont choisi d’aborder le sujet, ça me semble cohérent =)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s