Chronique : Yoko, de Jean-Luc Marcastel.

  • Titre : Yoko
  • Auteur : Jean-Luc Marcastel
  • Editeur : Didier Jeunesse
  • Prix : 15,90€
  • 224 pages.
  • Résumé : « En 2121, alors que les mégalopoles ultramodernes ne communiquent plus avec les campagnes délaissées, Jal et Lyonh survivent tant bien que mal dans le village malfamé d’Aigues-Mortes. Un jour, ils découvrent une jeune fille endormie dans un caisson électronique échappé d’un accident. Jal décide de la sauver, contre l’avis de Lyonh. C’est le début des embrouilles  : celle qu’ils ont décidé d’appeler Yoko possède d’extraordinaires capacités physiques et mentales. Et c’est sûrement pour cela que de dangereux mercenaires sont lancés à sa recherche. Ils vont devoir se battre jusque dans l’arène pour aider la jeune fille amnésique et comprendre qui elle est et d’où elle vient. »
Yoko

Merci aux éditions Didier Jeunesse pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman intéressant mais qui ne m’a pas totalement transportée.

J’avais craqué sur le résumé de ce roman qui me paraissait prometteur. J’aime beaucoup les histoires post-apocalyptiques qui virent vers le dystopique : c’est souvent glaçant et c’est aussi souvent un moyen de faire réfléchir sur notre situation actuelle. Sachant en plus que ce roman se passait en France, j’avais hâte de découvrir ce que ça pouvait donner.

Le fait est que l’intrigue est intéressante et sympathique, mais j’ai trouvé que ça manquait d’approfondissement et que tout allait très vite. C’est un peu dommage car ça reste dans les sentiers battus et les schémas très classiques. Le personnage de Lyonh, par son héritage, m’a semblé original, encore que son caractère de m’as-tu-vu reste aussi très classique. Pour le reste, on a l’amour au premier regard, l’intello et le sportif, la jeune fille douce et délicate qui s’avère être bien plus qu’on ne le pensait, des méchants qui veulent s’emparer d’elle et la figure paternel pleine de savoirs et de sagesse qui guide tout ce petit monde. C’est très classique et si le monde dans lequel on évolue est intéressant, c’est resté assez superficiel à mon goût. En plus de ça, comme je le disais, c’est une lecture courte : je l’ai lu en une journée et j’ai trouvé que c’était assez introductif.

Bon, comme ça, on a l’impression que je n’ai pas du tout apprécié ma lecture mais c’est faux. Comme je le disais, le monde dans lequel on évolue est intéressant et on sent que l’auteur à fait des recherches pour le construire. Il y a d’ailleurs des petits dossiers à la fin qui aident à comprendre tout ça et approfondissent l’univers et ses technologies. C’est très intéressant à lire. Et puis, si je trouve le premier tome introductif, je ne peux qu’imaginer que le second rentrera plus dans l’action, dans les détails et viendra apporter un vrai plus à cette histoire qui a du potentiel.

BREF, c’est loin d’être un coup de coeur mais c’était une lecture intéressante et sympathique malgré tout ! Je la conseille à ceux qui aiment les récits avec un côté dystopique, voire post-apocalyptique et qui aiment voir des univers bien construits !

Marie ❤


2 réflexions sur “Chronique : Yoko, de Jean-Luc Marcastel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s