Chronique : La vie rêvée des chaussettes orphelines, de Marie Vareille.

  • Titre : La vie rêvée des chaussettes orphelines
  • Autrice : Marie Vareille
  • Editeur : Charleston
  • Prix : 8,90€
  • 496 pages.
  • Résumé :  » En apparence, Alice va très bien (ou presque). En réalité, elle ne dort plus sans somnifères, souffre de troubles obsessionnels compulsifs et collectionne les crises d’angoisse à l’idée que le drame qu’elle a si profondément enfoui quelques années plus tôt refasse surface. Américaine fraîchement débarquée à Paris, elle n’a qu’un objectif : repartir à zéro et se reconstruire. Elle accepte alors de travailler dans une start-up dirigée par un jeune PDG fantasque dont le projet se révèle pour le moins… étonnant : il veut réunir les chaussettes dépareillées de par le monde. La jeune femme ne s’en doute pas encore, mais les rencontres qu’elle va faire dans cette ville inconnue vont bouleverser sa vie. Devenue experte dans l’art de mettre des barrières entre elle et les autres, jusqu’à quand Alice arrivera-t-elle à dissimuler la vérité sur son passé ?« 
La vie rêvée des chaussettes orphelines

Merci à Charleston et à Marie Vareille pour cet envoi !

  • Mon avis : quelle claque.

J’avais entendu beaucoup de bons avis sur ce roman, c’est vrai. Et il m’avait tapé dans l’oeil au moment de sa sortie poche, parce que bon, comment passer à côté de ce titre. J’ai mis du temps à me lancer mais WOOOW, quel coup de coeur. J’ai adoré.

Evidemment, j’ai pleuré. Je crois que c’est obligatoire quand je lis un roman de Marie Vareille. Elle sait comment faire pour me tirer une larme, voire deux (voire un torrent), elle sait appuyer où il fait pour faire monter les émotions, elle sait quels sujets aborder et surtout, comment le faire. Parce que son style est absolument magnifique, touchant au possible sans forcer et plein d’humour et d’esprit pout contrebalancer ça. Autant dire que je ris autant que je pleure avec ses romans.

La vie rêvée des chaussettes orphelines n’a pas fait exception : j’ai pleuré, mais j’ai pleuré… j’ai aussi beaucoup rigolé, que ce soit face à certaines situations ou grâce à des personnages aussi atypiques qu’attachants. Mais ce que je retiens surtout de ce roman, c’est son originalité et les émotions qu’il m’a fait vivre. Avec Alice, à travers son histoire, on est poussé dans un tourbillon de sentiments face au mystère qui se dévoile peu à peu. Dès le début, on sent que quelque chose va mal se passer, on sent venir la révélation ou l’annonce qui expliquerait bien des choses. Pourtant, quand le plot twist est arrivé, j’étais sur le cul (pardonnez-moi l’expression). Je n’avais rien vu venir et je n’aurai jamais pensé à ça. C’est tellement bien mené et tellement bien écrit que le lecteur n’y voit que du feu jusqu’au moment où c’est révélé et c’est à la fois ultra plaisant et méga émouvant.

En vrai, je ne sais pas pourquoi je prends la peine de faire des phrases, on peut résumer mon avis comme ça :

  • personnages : parfaits.
  • intrigue : parfaite.
  • messages : parfaits.
  • style : parfait.
  • emotions : au rendez-vous.
  • coup de coeur ? oui, oui, oui, oui, oui, oui.

Voilà. J’espère que vous avez compris le message que, moi, j’essaie de vous faire passer : allez lire ce livre, sans attendre. C’est une pépite. Promis. [Attention, toutefois aux trigger warnings : mort, deuil, TOC, crise de panique, addictions.] (je ne sais toujours pas si je fais bien ces TW mais je préfère en faire trop que pas assez …).

Marie ❤


10 réflexions sur “Chronique : La vie rêvée des chaussettes orphelines, de Marie Vareille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s