Chronique : Plein gris, de Marion Brunet.

  • Titre : Plein Gris
  • Autrice : Marion Brunet
  • Editeur : Pocket Jeunesse
  • Prix : 16,90€
  • 208 pages.
  • Résumé : « Lorsque Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancœurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s’annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable… »
Plein Gris

Merci à Pocket Jeunesse pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman aussi court qu’il est addictif !

J’avais déjà eu un joli coup de coeur pour le premier roman de l’autrice que j’avais lu, à savoir Sans foi ni loi qui nous plongeait dans le far-west avec des cowboys et toute l’ambiance western que cela implique. J’étais donc curieuse de voir ce que donnait le style de l’autrice que j’avais adoré dans un cadre aussi différent puisque Plein Gris s’annonçait comme un huis-clos maritime (rien à voir avec les western quoi). Et ben, je l’avoue, j’ai dévoré ce roman en une matinée, tellement j’étais à fond. Je me suis prise au jeu, j’ai été happée par l’ambiance, par le style, par l’histoire… et j’ai beaucoup aimé !

On commence direct, on est jeté dans l’histoire comme si on était jeté à l’eau (désolée c’est le premier et dernier jeu de mot pourri que je fais sur le thème maritime, promis). Et puis tout s’enchaine très vite : la découverte du corps, le choc, la tempête qui s’annonce, qui s’approche, qui les bouscule … C’était hyper, mais genre HYPER addictif. Le style de l’autrice est percutant, très beau quand il faut mais surtout très en adéquation avec l’ambiance et le mystère qui planaient dans le livre. On apprend progressivement des choses sur la petite bande que l’on suit, sur leurs relations, les dynamiques à l’œuvre, les histoires passées et en cours … c’est évidemment d’autant plus intéressant que ça a un impact direct sur la situation dans laquelle ils se trouvent.

Je trouve fascinant d’avoir été aussi happée et aussi emballée par un roman aussi court. Ce n’est pas facile de captiver le lecteur en seulement 200 pages, ce n’est pas facile non plus de les rendre accro ou de les faire s’attacher aux personnages, d’explorer son intrigue à fond. Et pourtant, en refermant le livre, tout était là. Je n’ai pas eu l’impression que c’était trop court ou trop rapide, c’était juste … juste. Tout était là, comme il faut, quand il faut. Du début à la révélation, en passant par les flash-back et les explications faites au lecteur, tout était parfaitement maitrisé et mené.

Bref, je ne vais pas vous écrire un roman sur le roman, mais en gros, c’était une lecture magistrale. Forte et percutante, extrêmement bien écrite, addictive et intelligente … une lecture qui m’a changée de ce que je lis habituellement mais une pépite que je suis ravie d’avoir lue !

Marie ❤


7 réflexions sur “Chronique : Plein gris, de Marion Brunet.

  1. Et bien tu donnes sacrements envie! Ma WL ne te remercie pas^^ (mais moi oui 😘). Je le lirais si ma bibliothèque le propose un jour (ma PAL est trop grande^^) car c’est une autrice que j’aimerais beaucoup découvrir un jour!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s