Chronique : When we were lost, de Kevin Wignall.

  • Titre : When we were lost
  • Auteur : Kevin Wignall
  • Editeur : Pocket Jeunesse
  • Prix : 17,90€
  • 288 pages.
  • Résumé : « Tom, jeune homme solitaire, ne voulait pas participer à ce voyage scolaire au Costa Rica. Tout bien réfléchi, il aurait dû le refuser tout net, car l’avion qui transportait sa classe s’écrase en pleine jungle ! Par miracle, la queue de l’appareil se détache, et dix-neuf adolescents survivent au crash. Perdu au cœur de la forêt tropicale, le petit groupe traumatisé tente de s’organiser. Comment survivre dans cet environnement hostile, entre bêtes sauvages et trafiquants de drogue ? Les circonstances vont transformer profondément chacun des rescapés. Qui s’improvisera leader et organisera la recherche des secours ? Qui saura chaque jour donner espoir à tous ? Qui se transformera en assassin ? »
When We Were Lost

Merci aux éditions Pocket Jeunesse pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman prenant et addictif au possible !

J’ai adoré ma lecture ! C’est assez difficile de mettre des mots dessus car j’ai conscience qu’il y a quelques « défauts » en quelque sorte, mais ça ne m’a pas empêchée d’être happée dès le début et de ne pas pouvoir lâcher le roman. Il est court, il est rapide et il se dévore.

Déjà, on rentre directement dans l’action. Pas de blabla, pas de mise en contexte qui dure 5 ans, c’est simple, clair et concis. Et tout le reste du roman est comme ça. Honnêtement, ça m’a surprise au début, mais c’est en fait un vrai plus pour l’histoire. Les chapitres sont cours et s’enchaînent hyper bien et, encore une fois, j’étais à fond dedans. On suit le crash, on suit l’organisation des survivants, les luttes de pouvoir un peu sous-jacente, les dangers, les peurs … Tout était très bien fait et bien dosé entre sentiments des personnages et vraies situations de survie.

J’ai particulièrement aimé les personnages et la manière dont ils étaient construits. Gros coup de coeur pour Tom, qui est le genre de personnage agréable à suivre et vraiment inspirant. Il ne cherche pas le rôle de leader et il mérite même une médaille pour sa patience face à certains des abrutis avec qui il est forcé de cohabiter. C’est un personnage attachant, plein de nuances et vraiment intéressant à suivre. C’est aussi le cas pour plusieurs des personnages qu’on découvre au fil du roman. Objectivement, ils ne sont pas tous très crédibles. Je veux dire, quelles sont les probabilités pour que, dans un groupe d’ados, il y en ait comme par hasard un qui soit calé en médecine, l’autre qui semble à deux doigts de décrocher son diplôme d’ingénieur, l’autre qui est expert dans la survie dans les bois… MOUAIS. Mais bon, c’est quand même assez bien amené donc ça ne fait pas tant sourciller que ça. Je trouve aussi que les choses vont peut-être un peu vite, mais, étonnement, ça ne m’a pas dérangé : ça accentue le sentiment d’urgence qu’on a la lecture, cette impression d’être aussi dans la jungle, perdu, en attente de secours …

Bref, l’ambiance est là, les personnages sont chouettes, l’intrigue est haletante… c’est un sans faute pour ce roman qui m’a permis de passer un super moment de lecture !

Marie ❤


7 réflexions sur “Chronique : When we were lost, de Kevin Wignall.

  1. Il est sur ma wishlist ! Les aspects que tu as aimés me font penser à « 1, 2, 3 nous irons au bois », je pense que le bouquin pourrait te plaire 🤔
    J’ai fait une chronique dessus si tu veux en savoir plus 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s