Chronique : Taxonomie de l’amour, de Rachael Allen.

  • Titre : Taxonomie de l’amour
  • Autrice : Rachael Allen
  • Editeur : Bayard / Page Turners
  • Prix :  14,90€
  • 448 pages.
  • Résumé : « « Chose à savoir sur Hope Birdsong, ma nouvelle voisine : je suis sûr à genre 80% qu’elle a des pouvoirs magiques. Elle fait peur à des brutes deux fois plus grandes qu’elle, elle aime grimper dans les arbres, ses cheveux sentent le chèvrefeuille en fleur, et elle ne se moque pas de mon syndrome de La Tourette. Chose à savoir sur Hope Birdsong : elle ne sera jamais, jamais, JAMAIS amoureuse de moi. » Il n’a fallu que quelques heures à Spencer pour arriver à ces conclusions. Mais il y a aussi une chose à savoir sur lui : après avoir rencontré Hope Birdsong, sa vie ne sera plus jamais, jamais, JAMAIS la même. »

taxonomie-de-l-amour

Merci à Page Turners pour cet envoi !

  • Mon avis :  je frôle le coup de coeur !

Je l’avoue (pas de tabous entre nous), j’ai totalement et irrémédiablement craqué sur la couverture. Elle est absolument magnifique et je ne me lasse pas de la contempler. C’est donc elle qui a attiré mon attention au début, puis le résumé m’a intriguée et je me suis jetée dessus dès sa réception. Et c’était vraiment une super lecture, douce, belle, originale… Quasi-parfaite. 

Je ne saurais même pas dire pourquoi je précise « quasi » parfaite. Je ne saurais pas dire ce qui m’a manqué pour que ça soit un coup de coeur ou ce qui aurait pu être ajouté pour me faire basculer du côté coup de coeur. Car, honnêtement, c’est déjà super bien. Comme l’indique le résumé, on suit Spencer, un enfant atteint du syndrome de la Tourette. Il se met parfois à répéter des mots sans pouvoir s’en empêcher ou s’arrêter, il a souvent des tics assez violents … rien que pour ça, l’histoire était intéressante car c’est hyper rare de voir un protagoniste avec un syndrome comme celui-ci. De plus, ça joue un rôle dans l’histoire mais ça ne définit pas le personnage, ce que je trouve aussi très bien. ça permet néanmoins d’aborder plein de sujets différents, du regard des autres aux complications que peut causer la prise de médicaments … bref, c’est vraiment intéressant et original sur ce point.

En plus du personnage de Spencer qui est hyper attachant, on suit celui d’Hope, sa nouvelle voisine. C’est le coup de foudre pour le garçon … et on les suit durant toute leur adolescence. C’est chou au possible, c’est aussi hyper touchant car il se passe des choses assez difficiles dans leurs vies. Hope est un personnage très émouvant, vraiment beau et très bien travaillé. Je ne rentrerais pas dans les détails pour éviter de spoiler, mais les épreuves qu’elle affronte sont horribles et j’ai trouvé que la façon dont c’était retranscrit était à la fois émouvant et … vrai ? Réaliste ? En tout cas ça m’a donné cette impression et ça fait du bien, dans une romance ado, d’avoir un peu de vrai. Du dur, certes, mais du vrai.

L’histoire d’amour est très jolie et, à mes yeux en tout cas, jamais clichés. Au contraire, elle montre bien les aléas de la vie, des relations, les gens qui changent, qui souffrent … ce n’est pas toujours tout rose, mais c’est réaliste et ça a rendu l’histoire encore plus addictive à mes yeux. Au fur et à mesure que Spencer et Hope grandissent, on suit leur vie et leurs déboires … c’est vraiment, vraiment attachants. Et, pour ne rien gâcher, ils ont d’excellentes références et beaucoup d’humour et d’esprit !

BREF, vous l’avez compris : j’ai adoré ! C’était une romance qui ne se contente pas de parler d’amour, mais qui parle aussi de vie, de différence, d’attachement, d’appartenance, de rêves, de cœurs brisés et de famille. Un roman fort et touchant, aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur ! 😉

Marie ❤

 


3 réflexions sur “Chronique : Taxonomie de l’amour, de Rachael Allen.

  1. Je viens de chroniquer ce roman aussi. Quand j’ai refermé le livre, je n’avais pas l’impression que c’était un coup de coeur, mais finalement, après plusieurs jours, c’est le genre de roman qui va me marquer, me suivre et que je vais recommander à tout le monde ! Donc même si c’était pas le coup de foudre instantannée, il est devenu un coup de coeur.
    J’ai adoré de la même façon que toi que le personnage principal soit singulier sans pour autant que sa définisse tous ces choix et ses actions. Il faudrait plus de roman comme ça, qui montre qu’une maladie, un handicap, ne définit pas une personne, qu’elle est beaucoup plus que ça!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s