Chronique : Suprêmes, d’Arwen Elys Dayton.

  • Titre : Suprêmes
  • Autrice : Arwen Elys Dayton
  • Editeur : Michel Lafon
  • Prix : 16,95€
  • 380 pages.
  • Résumé : « Six histoires. Six époques. Six quêtes de perfection. Depuis des décennies, l’homme est en quête de la perfection physique. Avoir une silhouette élancée, une peau lisse, de beaux yeux, des cheveux soyeux, des formes là où il faut et surtout pas ailleurs… Ces critères évoluent sans cesse, et que ce soit pour se démarquer ou pour suivre les différents courants, il faut savoir innover : on colore ses cheveux, on tatoue sa peau, on perce ses oreilles, son nez, sa langue. Pour repousser les limites de son corps, on soulève des poids, on court des kilomètres et des kilomètres, on bat des records. L’avenir réserve encore de sacrées surprises à l’être humain, car le monde de demain obéit à d’autres règles. Dans le futur, l’évolution de la science permet de repousser les limites à l’extrême. Ce dont on peut rêver, on peut le devenir. La science pourra nous rendre plus intelligents, en meilleure santé, et parfaits de tous les points de vue. Cette histoire commence demain. Cette histoire parle de l’être humain, et de ce qui arrive après. C’est l’histoire de la poursuite de la perfection. »

SUPRÊMES

Merci aux éditions Michel Lafon pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman intéressant et vraiment original. 

Bon, on va pas trop parler de cette couverture car je pourrais m’extasier pendant des heures. Parlons plutôt du contenu du bouquin. Il faut d’abord savoir que j’ai reçu une ENC de ce livre au salon de Montreuil : je n’avais pas forcément demandé à lire ce roman mais il m’a intriguée alors je me suis lancée, sans avoir d’attentes particulières. 

J’ai beaucoup aimé la construction du roman : 6 nouvelles, 6 périodes différentes, 6 façons de montrer l’évolution de la technologie médicale et l’impact que ces avancées peuvent avoir sur l’humanité. Au début, ça m’a un peu surprise, un peu déstabilisée, puis je m’y suis faite et j’ai trouvé ça vraiment original. Il y a quand même un fil conducteur entre chaque story et c’est assez prenant : on a envie de savoir comment les choses vont évoluer, ou plutôt comment tout va encore plus partir en cacahuète. Bref, c’est hyper addictif malgré cet aspect un peu décousu qui m’a freiné au départ, quand j’ai du changer de personnages principaux en passant de la première à la deuxième nouvelle.

En plus de ça, c’est hyper intéressant et vraiment bien fait : tu sens que l’autrice a travaillé son texte, fait des recherches et qu’elle sait de quoi elle parle quand elle aborde des sujets techniques niveau avancées médicales. On en vient à se poser plein de questions, parce que c’est assez réaliste et du coup, un peu effrayant. 

En résumé, il s’agit d’une bonne lecture. Je n’ai pas accroché à toutes les nouvelles de la même manière mais, dans l’ensemble, c’était prenant, bien construit et vraiment original ! Une jolie découverte !

Marie ❤


6 réflexions sur “Chronique : Suprêmes, d’Arwen Elys Dayton.

Répondre à muffinsandbooks Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s