Chronique : La mort n’est qu’un début, d’Ambelin et Ezekiel Kwaymullina.

  • Titre : La mort n’est qu’un début
  • Auteurs : Ambelin et Ezekiel Kwaymullina
  • Editeur : Rageot
  • Prix : 14,90€
  • 248 pages.
  • Résumé : « Beth est morte. Et depuis, son père, policier, est le seul qui puisse encore la voir et l’entendre… mais il est submergé par son deuil. Pour l’aider à refaire surface, Beth l’encourage à s’investir dans une nouvelle enquête : suite à l’incendie d’un orphelinat, un cadavre a été retrouvé et deux hommes ont disparu. Qui sait, ce mystère pourra peut-être détourner son père de sa tristesse ? Intriguée, Beth se lance elle aussi dans l’enquête. Elle fait bientôt la connaissance d’Isobel, une fille étrange qui parle par énigmes… »

la mort n'est qu'un début

Merci aux éditions Rageot pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman assez étrange par moment mais étonnement addictif ! 

Je ne savais pas bien à quoi m’attendre avec ce roman et j’ai été surprise. J’ai passé un bon moment, mais je crois que je suis passée à côté de certains aspects… Il faut dire que c’est vraiment original. Le roman est construit selon deux points de vues. D’abord celui de Beth, jeune fille qui est morte d’un accident de voiture quelques mois plus tôt. Au lieu de passer de l’autre côté, Beth est restée dans notre montre et est désormais une sorte de fantôme que seul son père peut voir. Pour l’aider à se remettre de sa mort, Beth l’aide à enquêter dans le cadre de son travail de policier. Une affaire va les mener jusqu’à Capture, une étrange jeune fille qui va leur raconter son histoire… Et nous fournir le deuxième point de vue du roman. C’est celui qui est super étrange et qui m’a un peu perdue au début. J’ai mis un moment à comprendre où les auteurs voulaient aller avec cette histoire un peu étrange.

Malgré tout, j’ai passé un bon moment avec cette lecture, qui se dévore et qui est très addictive. Je me suis prise au jeu : j’avais envie de résoudre l’enquête moi aussi, j’avais envie de savoir ce qui allait arriver à Beth, (un personnage que fait souvent preuve d’esprit et d’humour selon la situation, mais qui peut aussi être à l’origine de jolies pensées), ce qui était arrivé à Capture… J’ai d’autant plus apprécié que je n’avais pas deviné la fin et les révélations.  C’était bien construit, avec des sujets intéressants et beaucoup de représentations. C’est juste dommage que je sois passée à côté des métaphores et autres images du genre qui étaient un chouïa trop poussées pour moi…

En bref, je sors un peu mitigée de cette lecture, mais pas forcément dans le mauvais sens. C’est le genre de roman un peu étrange qui, dans tous les cas, fait forte impression ! A découvrir pour se faire son propre avis ! 😉

Marie ❤


4 réflexions sur “Chronique : La mort n’est qu’un début, d’Ambelin et Ezekiel Kwaymullina.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s