Chronique : Showstopper, d’Hayley Barker.

  • Titre : Showstopper
  • Autrice : Hayley Barker
  • Editeur : Bayard / Page Turners
  • Prix : 17,90€
  • 531 pages.
  • Résumé :  » Londres, 2045. La société est divisée en deux clans. Les Bâtards, réduits à l’état d’esclaves, n’ont aucune valeur. Les Purs forment l’élite qui a accès à tous les privilèges. Le Cirque de l’horreur est leur divertissement préféré. Ils attendent avec délectation l’accident mortel qui leur procurera le grand frisson. Ben, fils de ministre, assiste à sa première représentation et tombe sous le charme d’Hoshiko, la funambule star du spectacle. Mais derrière l’éblouissement et le faste de l’arène, il découvre l’horreur. Trouvera-t-il le courage de résister pour mettre fin au carnage ? »

showstopper.jpeg

Merci à Page Turners pour cet envoi !

  • Mon avis : petite déception avec ce roman … 

Peut-être que c’est de ma faute d’ailleurs. Je l’attendais avec beaucoup d’impatience car j’en avais entendu parler, le pitch semblait ENORME et … cette couverture … Elle envoyait du lourd. Du très lourd. J’étais donc impatiente de me plonger dans ce roman et il n’a malheureusement pas été à la hauteur …

Pourtant, il y a des choses intéressantes dedans. D’abord, le principe de base. Dans un Londres futuriste, on est plongés une société divisée entre les Purs (c’est à dire grosso modo les blancs, riches, cultivés et vivant une petite ville tranquillou) et les Bâtards (tous les autres, qui ont été accusés d’être les maux de ce monde il y a fort longtemps et ont donc été relégués dans des ghettos, juste bon a être serviteurs … ou pire). C’est affreusement glauque mais les discours des personnages sont, au fond, intéressants. Car ils disent des choses qu’on entend actuellement. Des choses absolument horribles et totalement stupide mais des choses qu’on entend en politique, sur internet et qui font froid dans le dos. Quand on analyse la situation deux minutes, on se dit que, oui, c’est exagéré, mais finalement, c’est… possible. J’ai des frissons rien que d’y penser. Parce qu’en plus de s’estimer supérieurs et d’être méprisants, arrogants et c*** au possible, les Purs sont aussi des psychopathes qui se délectent de voir les Bâtards souffrir et mourir. C’est pourquoi ils raffolent du Cirque, un spectacle hyper dangereux où des Bâtards enlevés lorsqu’ils n’étaient que des enfants se produisent en manquant de perdre la vie tous les soirs.

Donc, c’est dit : c’est horrible mais le principe est intéressant et pose plein de questions sur notre société actuelle. Le problème, c’est que c’est la seule chose qui m’a intéressée dans ce livre. Et encore, j’ai trouvé que c’était un peu trop cliché, que ça manquait d’approfondissement et de crédibilité dans l’enchaînement des situations. Si on résume l’histoire, ça donne ça : Ben est un petit privilégié qui n’a jamais remis le système en cause. Mais le soir où il voit Hoshiko, sa vie CHANGE. Il comprend que c’est MAL, il tombe amoureux et, coup de bol, même si Hoshiko a passé sa vie à détester les Purs, il suffit d’une phrase (j’exagère à peine) pour qu’elle tombe amoureuse aussi. Ils vont se voir, puis se revoir et comme Hoshi est menacée, Ben veut la sauver et l’emmener loin du Cirque.

Je ne vais pas encore écrire des tartines, je pense que vous avez compris mon point de vue. Je ne me suis pas attachée aux personnages : Ben est plat, mou et son évolution n’est pas crédible à mes yeux. Hoshi est un peu plus intéressante, assez badass, mais là encore ses attitudes et réactions collaient mal avec le personnage décrit dans la plupart des scènes. C’était un peu incohérent et l’histoire était lente… Bref, j’ai eu du mal. Je reconnais que le principe est bon, avec beaucoup de potentiel mais du coup c’est frustrant … J’ai quand même tout lu pour savoir et je vous conseille, bien évidemment et comme toujours, de vous faire votre propre avis ! Mais ça reste une petite déception pour moi… 😦

Marie

(qui n’aime pas ne pas aimer un livre et qui n’aime pas non plus faire une critique négative et qui est donc tristounette de publier cet article )

8 réflexions sur “Chronique : Showstopper, d’Hayley Barker.

  1. Wow! La couverture est superbe en effet, elle a un petit côté Art Nouveau. Pour le coup, je suis très intriguée par le résumé et ton avis. L’histoire sent le schéma « Roméo et Juliette » mais pourquoi pas? 😉

    Bonne journée à toi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s