Chronique : Presque Minuit, d’Anthony Combrexelle.

  • Titre : Presque Minuit
  • Auteur : Anthony Combrexelle
  • Editeur : 404 éditions
  • Prix : 16€
  • 352 pages.
  • Résumé :  » Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l’Exposition universelle débute, ils font l’erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d’un monde magique où s’affrontent créatures mythologiques, sorcières et terrifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs devront se battre pour sauver leur vie et celle des habitants de la capitale. »

9791032401644ORI.jpg

Merci aux éditions 404 pour cet envoi !

  • Mon avis : un roman steampunk original et addictif !

J’avais vu passer ce roman en librairie au moment de sa sortie et, je l’avoue, j’avais été séduite par la couverture. Superficielle un jour … Je la trouve vraiment belle, avec des dorures, un niveau de précision incroyable et des détails qui nous plongent tout de suite dans l’ambiance du roman. 

Et quel roman ! On se retrouve projetés à Paris, en 1889. Alors que l’Exposition Universelle offre un nouveau terrain de jeu aux six orphelins voleurs que nous allons suivre, on découvre le Champs de Mars, Notre Dame et la Tour Eiffel toute neuve. Mais on va aussi croiser des sorcières, des tours magiques et des automates maléfiques. Le mélange peut paraître détonnant mais il est extrêmement bien fait et très addictif. L’univers est original et je me suis prise au jeu. J’ai trouvé que tout était bien mené, bien construit. L’intrigue aussi est originale à mes yeux car elle met en scène des anti-héros sous la forme d’orphelins dépenaillés qui vont être embarqués dans l’affaire bien malgré eux. Ce ne sont pas des héros et ils vont se retrouver face à un danger qui menace tout Paris …

Le traitement des personnages est d’ailleurs très intéressant. On les voit évoluer, on comprend leurs raisonnements et les dynamiques de groupe qui les lie. Je me suis vite attachée à Moignon, Boiteux, Morve, Allumette, Bègue et Pleurs. Oui, leurs noms ne sont pas glamour mais c’est aussi ce qui fait leur charme et leur côté atypique est très agréable à trouver dans le roman.

Autre chose que j’ai bien aimé : la construction. On a parfois des retours en arrière, des souvenirs des personnages et c’est très bien et surtout très utile pour comprendre les relations, les situations dans lesquelles ont se trouve. J’ai trouvé que ça rendait le récit plus approfondi, plus vivant aussi et ça répond à nos questions sans alourdir l’intrigue. De la même façon, j’ai beaucoup aimé le style d’écriture de l’auteur, simple mais beau, qui te fait rentrer dans l’ambiance dès le début.

En résumé, il s’agit d’une belle lecture, très prenante ! J’ai beaucoup aimé et si vous êtes fans des univers steampunk ou technologie, magie et histoire se mêlent, foncez : vous ne serez pas déçus ! 

Marie  ❤

Publicités

8 réflexions sur “Chronique : Presque Minuit, d’Anthony Combrexelle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s