Chronique : De Sang et de Rage, de Tomi Adeyemi.

  • Titre : De Sang et de Rage
  • Autrice : Tomi Adeyemi
  • Editeur : Nathan
  • Prix : 18,95€
  • 560 pages.
  • Résumé : « Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. »

9782092583654.jpg

Merci aux éditions Nathan pour cet envoi !

  • Mon avis : une belle lecture qui m’a plongée dans un univers incroyable et fait vivre de grandes aventures ! 

J’avais énormément entendu parler de ce roman en VO : Children of Blood and Bones était plébiscité par tous les lecteurs anglophones et j’avais hâte de m’y plonger pour me faire mon propre avis.

Dans le pays de Zélie, la magie a disparue. Les maji, les personnes qui pratiquaient cet art ont été sauvagement assassinés et, depuis, ceux qui en sont les descendants sont persécutés et exploités. Lorsque Zélie se retrouve, malgré elle, liée à Amari, princesse d’Orïsha, elle va apprendre qu’il existe un moyen de ramener la magie et de rendre justice à son peuple oppressé… Mais tout ne se déroule pas sans heurt et Zélie va devoir apprendre à contrôler son don, à faire confiance à son entourage et à accepter de faire des sacrifices…

Je n’entrerais pas plus dans les détails car l’une des forces de ce roman, c’est vraiment son univers et la façon dont l’intrigue lui est reliée. J’ai trouvé que tout s’enchaînait vite, mais avec suffisamment de naturel et d’explications pour que le lecteur ne soit pas perdu. On nous révèle ce qu’il faut au fur et à mesure à tel point que l’univers, pourtant assez complexe car très bien pensé, est très accessible.

Au niveau de l’intrigue, il faut savoir qu’elle bouge beaucoup, mais qu’elle reste assez « classique », dans le sens où il s’agit ni plus ni moins de ramener la magie et de sauver un peuple opprimé. En revanche, la façon dont s’est traité, les hésitations, les déchirements des personnages et les problèmes soulevés rendent le tout un peu plus original, même si certains points m’ont parus un peu brouillons. Les personnages changeaient d’avis assez régulièrement et j’ai trouvé ça un peu dommage (j’en parlerais plus par la suite). Ce que j’ai aussi apprécié dans ce roman, c’est évidemment la représentation +++ des POC (person of color) puisqu’on évolue dans une Afrique imaginaire où tous les personnages sont noirs (logiquement duuh). Je trouve que ça fait du bien d’avoir une telle représentation, déjà en tant que lectrice, pour l’univers que ça nous permet d’explorer mais aussi et surtout en tant qu’être humain. Il est temps d’accepter la diversité (pas que dans le YA d’ailleurs) non ? 🙂

En parlant des personnages, ils sont intéressants et chacun évolue à sa façon. Zélie est super badass au début puis révèle ses failles, Amari a le cheminement inverse. Le personnage qui m’a le plus fascinée, c’est Inan mais sans entrer dans les détails, il a finit par me lasser, justement parce que son comportement me semblait assez incohérent au final. J’ai néanmoins apprécié ce personnage, comme tous les autres qui ont tous leur rôle a joué dans le récit et son avancée. Big up aux histoires d’amour : elles pourront paraître faciles ou clichés à certains, j’en ai conscience, mais en bon petit mouton que je suis, j’ai fangirlé et adoré. J’ai hâte de voir ce que nous réserve la suite (j’ai déjà quelques idées / théories / hypothèses d’ailleurs), déjà pour retrouver ces personnages auxquels je me suis beaucoup attachée (même ceux qui arrivent vers la fin, coucou Roën) mais aussi pour avoir la suite de cette intrigue haletante qui ne laisse aucun moment de répit et est plein de rebondissements.

En résumé, je n’ai pas eu le coup de coeur que tout le monde me promettait. J’ai un peu de mal à mettre le doigt dessus mais certains éléments m’ont un peu dérangée, ça manquait peut-être un peu de cohérence au niveau de la construction des personnages, par rapport à leurs réactions / actions, de leur ressenti, de leur histoires et la manière dont ça se traduisait dans leurs décisions. Voilà, en gros, c’est le seul point négatif à mes yeux, et encore, c’est quelque chose très personnel je pense. En revanche, j’ai adoré l’univers, l’intrigue m’a happée et les personnages m’ont beaucoup intéressée ! Malgré ce petit bémol que je cite, j’ai passé un excellent moment avec cette lecture et j’ai hâte de lire la suite (PARCE QUE C’EST QUOI CETTE FINNN ??). Ce roman sort le 2 mai : et si vous aimez les récits avec de la magie, de l’aventure, des personnages forts et une quête périlleuse, alors foncez pour découvrir cet univers addictif et incroyable ! 

Marie  ❤


17 réflexions sur “Chronique : De Sang et de Rage, de Tomi Adeyemi.

  1. Coucou ! J’ai tout simplement adoré ce premier tome ! Comme tu le dis, l’intrigue est assez basique au niveau de sa trame mais la façon dont c’est raconté rend cela… différent. Et cette fin, omfg, oui ! C’est juste atroce ! ON VEUT LA SUITE !!

    Aimé par 1 personne

  2. Il a l’air sympa 😊 je penserai à ce titre malgré la romance facile dont tu parles, sait-on jamais. Juste une chose : quand tu as dit « puisqu’on évolue dans une Afrique imaginaire où tous les personnages sont noirs (logiquement duuh). » c’est pas exact, il y a des blancs aussi (Afrique subsaharienne) dans la réalité. Mais j’ai bien compris que dans ce livre, ils étaient tous noirs, c’est plutôt le » logiquement « qui m’a interpellé. Ça m’a fait penser que tu associais directement l’Afrique aux Noirs uniquement.

    Aimé par 1 personne

    1. Ma parenthèse peut porter à confusion (subsaharienne = Afrique noire dans la réalité) et Afrique du Nord, c’est les pays plutôt peuplés par ceux de couleur blanche. Tu avais sûrement compris, mais pour ma propre paix j’ai préféré être plus limpide, j’ai trouvé mon message confus 😅

      Aimé par 1 personne

    2. Oui tu as raison, je me suis mal exprimée, je voulais dire que, pour une fois, le « rapport de force » entre les personnes blanches et les personnes de couleurs était inversé. Mais j’ai effectivement été assez maladroite dans ma formulation, merci de me reprendre 😅 en tout cas je te conseille ce titre, je l’ai beaucoup aimé 😍

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s