Chronique : Le baiser de la déesse, d’Aprilynne Pike.

  • Titre : Le baiser de la déesse
  • Autrice : Aprilynne Pike
  • Editeur : Pocket Jeunesse
  • Prix : 17,90€
  • 336 pages
  • Résumé :  » Quand pour sauver l’humanité, la seule chose à faire est de trahir la personne qu’on a de plus chère… Tavia Michaels a miraculeusement survécu à un terrible crash qui a emporté ses parents. Mais peu de temps après l’accident, d’étranges événements se produisent… Qui est ce jeune homme d’un autre temps qui lui apparaît en rêve ? Et pourquoi peut-elle tout à coup faire surgir des objet comme par magie ? L’accident l’a-t-il transformée plus qu’elle ne l’aurait imaginé ? En cherchant des réponses à ces questions, Tavia va découvrir que son passé cachait des mystères aussi incroyables qu’inquiétants… »

9782266250443ORI.jpg

  • Mon avis : une bonne lecture, même si certaines choses m’ont un peu dérangée… 

Je n’ai quasiment jamais entendu parler de cette autrice ou de cette saga. Ce roman fait partie de ceux que j’ai gagné à un concours organisé par la Kube et PKJ et je l’ai pris parce que le résumé m’intriguait, que la couverture était très belle et que personne que je connaissais ne l’avait lu, ce qui m’a encore plus intriguée.

Comme il est dit dans le résumé, on va suivre Tavia, une jeune fille qui vient d’échapper à un crash d’avion qui a tué plus de 200 personnes, dont ses parents. La jeune fille est recueillie par son oncle et sa tante qu’elle connait très mal et essaie tant bien que mal de se remettre de cet événement traumatisant, aussi bien physiquement que mentalement. Mais Tavia va vite comprendre que des choses ont changé. Elle peut faire apparaître des objets, elle voit des choses que personne d’autre ne peut distinguer … Et voilà qu’elle se fait aborder par un étrange jeune homme qui semble venu d’un autre âge … Tavia va devoir se lancer dans une quête dangereuse pour savoir qui elle est vraiment. 

Tout d’abord, je dois le dire : j’ai beaucoup aimé l’idée de base. L’intrigue générale est très intéressante et j’ai pris plaisir à la suivre. Je ne vous en dirais pas plus sur la direction que prend cette intrigue, car je ne voudrais pas gâcher la découverte de ce qui est clairement l’un des plus gros point fort du roman pour moi. Je vous laisse donc avec ce que vous dit le résumé, c’est à dire pas grand chose ! :p En tout cas, les découvertes que fait Tavia s’enchaînent et mènent le lecteur vers quelque chose d’original et d’assez fascinant. On parle de magie, d’âmes sœurs, de malédiction, de dieux et de sociétés secrètes, un combo assez détonnant qui fonctionne très bien et nous transporte une bonne partie du roman. Pour autant, j’ai trouvé que c’était parfois un peu confus et pas toujours bien amené. Les événements s’enchaînent très vite et les réactions des personnages ne sont pas toujours très en phase, pas très crédibles. Par exemple la première fois que Tavia fait apparaître des objets… Elle s’en étonne un peu et puis passe à autre chose. EUUUH, PARDON, mais le jour où je fais apparaître des objets, je vous fais une méga crise d’hystérie ! Il y a eu d’autres moments du style, où Tavia aurait dû avoir un choc et où elle encaissait finalement assez facilement. Associé au fait que tout se passe très vite et que le lecteur est longtemps laissé dans le flou, je trouve que ça rend la lecture un peu moins agréable. Il faut en effet attendre un moment avant de comprendre où l’on va. Au début, on est dans le flou total et ce pendant environ 200 pages, ce qui peut devenir lassant.

Autre chose dans le même style : je suis désolée, mais je n’ai pas du tout accroché au personnage de Tavia. Elle est naïve, elle fait preuve d’égoïsme et prend des décisions étranges qui m’ont donné envie de lui filer des claques parfois. Je sais que ses réactions ont pour but de faire durer le suspens, de construire l’histoire et de happer le lecteur, mais personnellement, ça m’a surtout énervée. Franchement, meuf, quand tu comprends qu’un mec chelou avec des lunettes noires te suit dans la rue pour la troisième fois en quelques jours, ne te dit pas que c’est une coïncidence. Et quand on te propose de tout t’expliquer, ne pars pas en fuyant comme une sauvage. Prends sur toi et écoute. Enfin, bon, vous l’avez compris, j’ai eu du mal avec ses réactions. Celles-ci pourraient être crédibles si elle ne duraient pas dans le temps : j’ai eu l’impression qu’elles ne servaient qu’à rallonger inutilement le récit et à repousser les révélations à venir.

A cause de ça (l’attitude de Tavia et le manque d’informations), la première partie du roman a été assez difficile pour moi, je ne vous le cache pas. J’ai cru que je n’accrocherais pas, que je n’allais pas aimer. En réalité, une fois les 100 premières pages passées, ça va un peu mieux. Je me suis prise au jeu, j’ai apprécié l’histoire et j’avais envie de voir comment ça allait se finir. J’ai deviné certains éléments (la plupart en fait) mais malgré ça et le fait que les révélations tardent un peu à arriver, j’ai passé un bon moment. S’il y a des longueurs du fait de ces fameuses réponses qui tardent à arriver, je ne me suis pas ennuyée. En réalité, plus que des longueurs, c’est des détours. J’avais l’impression qu’on tournait autour du pot avant d’en arriver enfin au cœur du sujet. Ce n’est pas rédhibitoire mais, encore une fois, c’est un peu lassant.

J’ai conscience de paraître un peu dure ou sévère dans cet article, mais je m’attendais à autre chose avec cette lecture. Je pense surtout qu’il y avait beaucoup de potentiel et que de petits détails viennent diminuer tout ça. Pour moi, c’est loin d’être THE BOOK OF THE YEAR, essentiellement à cause de ce que j’ai développé dans cette chronique, mais ça reste une bonne lecture. Ce qui vient sauver le tout, c’est l’originalité extrême de l’intrigue, un style d’écriture beau et entraînant et une intrigue intéressante. La fin est  d’ailleurs bien construite et donne vraiment envie de se procurer le tome 2, ce que je ferais sans doute à l’occasion ! En attendant, si vous avez lu ce premier tome, ou la saga, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! Et si le roman vous tente, je vous conseille ne de pas vous arrêter sur les défauts que je pointe du doigts et de vous faire votre propre avis ! 🙂

Marie  ❤

Publicités

5 réflexions sur “Chronique : Le baiser de la déesse, d’Aprilynne Pike.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s