Chronique : Le goût amer de l’abîme, de Neal Shusterman.

  • Titre : Le Goût amer de l’abîme
  • Auteur : Neal Shusterman
  • Editeur : Nathan
  • Prix : 16.95€
  • 400 pages :
  • Résumé :  » Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s’intéresse à l’athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer… Dans son esprit, Caden est devenu le passager d’un navire voguant sur des mers déchaînées. Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l’interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s’y noyer… »

9782092576755.jpg

Merci aux éditions Nathan pour cet envoi ! ❤

  • Mon avis : un roman important, aussi étrange qu’étrangement accrocheur ! 

J’étais curieuse de découvrir ce roman car j’avais adoré La Faucheuse, du même auteur. Or ce roman est d’un genre tout à fait différent et j’étais impatiente de voir ce que donnait le style de Shusterman dans un registre aussi radicalement éloigné.

Pour être tout à fait honnête, au début, j’ai cru que c’était mal parti. La première chose qui saute aux yeux dans ce roman, c’est que c’est étrange. Bizarre. Déstabilisant. On alterne des chapitres ancrés dans la réalité, puis d’autres qui se passent sur un navire pirate étrange, sans qu’on nous donne aucune explication sur quoi que ce soit. J’ai du apprendre à me laisser porter par l’histoire et, au fil des pages, c’est toujours aussi étrange, mais ça prend du sens. 

En réalité, on se trouve du point de vue de Caden, un jeune homme tout ce qu’il y a de plus normal, jusqu’au moment où il commence à devenir paranoïque. On vit avec lui ce brusque changement, on glisse ensemble sur la pente de la maladie mentale, car c’est bien de ça que parle ce roman. Et il en parle avec brio, avec douceur et avec beaucoup de talent selon moi. Je n’ai pas lu énormément de romans sur ce thème, mais je trouve que celui-ci est beau et émouvant. Il permet de vraiment comprendre ce qui se passe dans la tête des personnes malades (et on aborde ici plein de malades mentales, on ne s’arrête pas à la paranoïa…). D’ailleurs, Shusterman sait sans doute de quoi il parle puisque ce roman s’inspire de la vie de son fils. Je ne veux pas trop en révéler car je pense que la beauté du roman réside aussi dans sa découverte, mais j’ai été touchée par l’histoire. 

Je pense que ce qui peut déstabiliser le plus, et pousser à avoir un avis mitigé sur le roman, c’est le côté étrange. Même lorsqu’on s’y est habitué, même lorsqu’on a compris et qu’on voit les liens entre réalité et délire, c’est toujours assez surprenant de faire des bonds entre les deux. J’ai néanmoins trouvé que la beauté du style d’écriture, l’attachement qu’on ressent vite pour Caden et la profondeur des messages délivrés valaient largement la peine d’être un peu perdu par moment. 

Pour moi, c’est une bonne lecture, mais je pense que ça passe ou ça casse. Je ne peux que le recommander, pour l’importance du sujet, mais j’ai bien conscience que, malheureusement, ça ne plaira pas à tout le monde. Je vous encourage quand même à laisser une chance à ce roman : je suis contente de l’avoir découvert et j’ai été happée par la force et la beauté de l’histoire de Caden ! 

 

Marie  ❤


5 réflexions sur “Chronique : Le goût amer de l’abîme, de Neal Shusterman.

  1. J’ai adoré ce roman ! C’est veritablement poignant, tant au niveau de l’écriture bouleversante de l’auteur que du thème abordé avec une authenticité désarmante. On est directement plongé dans les eaux troubles de la personnalité schizophrène de Caden et effectivement, comme tu dis, ça passe ou ça casse car ça a de quoi dérouter au départ. Mais il faut tenir le coup. Pour Caden, pour son histoire. Pour tout ce que cela nous apporte de brisé, de noyé mais aussi de beauté et de lumière d’espoir. C’est un beau coup de coeur que j’ai eu pour ce roman du grand Neal Shusterman que je recommande à tous !

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur la beauté, l’originalité et l’importance de ce roman ! C’est pour ça que je le recommanderais quoi qu’il arrive, en prévenant toutefois que ça peut surprendre … 🙂

      J'aime

  2. Il vient tout juste de faire son entrée dans ma bibliothèque et j’ai vraiment hâte de me lancer dedans ! Par contre, comme tu l’as toi-même précisé, j’ai vu quelques avis mitigés à cause de ce côté étrange qui a déstabilisé pas mal de personnes. J’espère que je réussirais à accrocher malgré tout 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s