Chronique : 7 lettres, d’Olivia Harvard.

  • Titre : 7 lettres
  • Autrice : Olivia Harvard
  • Editeur : Hachette
  • Prix : 18€
  • 436 pages
  • Résumé :  » «  Si tu trouves cette lettre, c’est que j’ai accompli mon travail avec succès  : Colton Crest n’est plus qu’un souvenir, un corps sans vie, une coquille vide. Tu aurais pu le sauver. Mais tu ne l’as pas fait. J’ai écrit six autres lettres et les ai cachées dans six endroits différents. Chaque lettre contient une confession. À la fin de la dernière, tu sauras qui je suis. Prends ton temps. Moi j’ai tout le mien.  »  Après avoir disparu pendant plus d’un mois et être revenu sans aucune explication, Colton Crest a été assassiné. C’est son meilleur ami, Eliott, qui retrouve son corps. Ainsi qu’une lettre, nichée dans sa veste. Signée de la main de l’assassin, elle propose un jeu de piste qui le mènera à six autres lettres. Chacune d’elles le rapprochant un peu plus de la vérité, de l’identité du tueur… »

41pLP1utl8L._SX195_

Merci aux éditions Hachette pour cet envoi ! 🙂

  • Mon avis : un roman addictif et très bien construit, malgré quelques petits soucis à mes yeux …

En lisant le résumé, j’ai tout de suite pensé à 13 reasons why, que j’ai lu il y a quelques mois. Le système est le même : une personne meurt et d’autres reçoivent d’étranges messages qui les mènent vers d’autres messages qui les mènent vers un MYSTÈRE DE MALADE, UN SUSPENS DE FOU ET UN STRESS INCROYABLE. Le tout passe par des situations aussi improbables que pesantes et des révélations à gogo. Vous l’avez peut-être deviné avec ces quelques phrases, mais j’ai beaucoup aimé ma lecture. Je lui ai trouvé des défauts mais j’ai été happée et je l’ai vraiment dévoré.

Commençons par les défauts. J’ai trouvé certaines situations un peu improbables voire carrément tirées par les cheveux. Néanmoins, ça reste plausible (si on n’analyse pas trop et au fond, on est pas là pour ça). Je dois avouer que cette histoire de recevoir des lettres d’un présumé meurtrier, moi ça m’aurait fait flipper. J’aurais craqué bien avant eux et j’aurais tout balancé à mes parents ou aux flics. Surtout si c’était de mon meilleur ami qu’il s’agissait. Après, je suis vraiment une petite chose fragile alors je ne suis sans doute pas le meilleur exemple… Autre chose qui m’a déplu : j’ai trouvé que le roman alternait entre des passages trop rapides et d’autres beaucoup trop long. On passe de longueurs à des rapidités et c’est assez éprouvant et pas très agréable à lire. J’avais l’impression d’être dans un grand huit : je monte, je descend, je monte, je descend … mon intérêt oscillait. Je comprends tout à fait que tout ne peut pas être hyper haletant tout le temps mais bon …

Si on met de côté les côtés peu crédibles et l’alternance chaud-froid, j’ai vraiment aimé ce roman. Ce n’était pas gagné parce que j’ai aussi eu un peu de mal avec le style extrêmement simple et que le côté thriller n’est pas du tout mon genre. Mais j’ai été happée par l’histoire et j’avais envie de voir comment tout allait se dénouer, qui laissait les messages, pourquoi, COMMENT ? C’était oppressant et si je ne suis pas fan de ces ambiances en temps normal, là, j’étais à fond dedans. C’est très stressant à lire par contre et je vous passe les détails concernant le moment où je lisais tranquille dans mon lit et où un courant d’air à fait claquer ma porte. Je n’en dirais pas plus mais vous avez failli me perdre… Bref, j’ai été happée par l’histoire, l’intrigue, le développement, le mystère et les révélations. On rentre dans l’histoire très rapidement et j’ai aussi apprécié les personnages, surtout Elliott et Lydia. 

Concernant la fin … J’avais une théorie, mais je n’en étais pas certaine. Il s’avère que ma théorie était la bonne, mais que l’autrice nous rajoute un petit plot twist au twist final. J’avais donc raison… dans une certaine mesure. Du coup, j’avoue être assez mitigée par toutes les révélations de la fin. Certaines m’ont paru plausibles, d’autres carrément tirées par les cheveux. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais en tout cas, c’est une fin digne du roman : haletante, oppressante et très addictive.

Ce roman est donc un mélange entre 13 Reasons Why et Pretty Little Liars, un roman addictif avec une ambiance sombre et oppressante que je vous recommande si vous n’avez pas peur de vous stresser …

 

Marie  ❤


11 réflexions sur “Chronique : 7 lettres, d’Olivia Harvard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s