Chronique : Les enfants de Willesden Lane, de Mona Golabek.

  • Titre : Les enfants de Willesden Lane
  • Auteur : Mona Golabek et Lee Cohen
  • Editeur : Le livre de Poche
  • Prix : 5.90€
  • 384 pages
  • Résumé :  » 1938. Vienne. Lisa Jura est juive. Lisa est aussi un prodige de la musique, une pianiste de génie âgée tout juste de quatorze ans. Et Vienne, capitale de la musique qui a vu se succéder Mozart, Beethoven, Schubert et Liszt, est devenue depuis peu une patrie hostile, voire dangereuse pour elle, rongée de l’intérieur par la barbarie nazie. Lorsqu’on offre à ses parents l’opportunité de sauver l’un de leurs enfants en l’envoyant loin, à l’abri, en Angleterre, le choix est difficile : c’est Lisa qui partira. Quand elle monte à bord du train qui doit l’emmener à Londres, Lisa est consciente qu’un grand avenir s’offre à elle, et qu’elle doit vivre pour sa famille qui se sacrifie pour elle. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Lisa échoue au 243 Willesden Lane, un foyer pour enfants dans une ville ravagée par la Seconde Guerre mondiale. »

Les-enfants-de-Willesden-Lane

Merci aux éditions Le Livre de Poche Jeunesse pour l’envoi ! ❤

  • Mon avis : Une jolie histoire, aussi douce que belle … Et bien sûr un peu triste.

J’aime beaucoup les romans historiques et encore plus ceux sur la Seconde Guerre Mondiale. Si celui-ci n’est pas mon préféré, j’ai tout de même passé un bon moment en le lisant, et il a serré plus d’une fois mon petit coeur.

On suit donc l’histoire de Lisa, la mère de l’auteure : il s’agit donc d’une histoire vraie, ce qui la rend encore plus prenante et émouvante. Lisa était une juive avec un talent incroyable pour le piano et nous suivons son parcours alors que la barbarie nazie, la guerre et les préjugés se mettent en travers de son chemin.

Je ne vais pas vous mentir, j’ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois. C’est émouvant, c’est beau et ça reste bien sûr extrêmement triste. Lisa est envoyée en Angleterre pour sa sécurité, mais cela implique de se séparer des ses soeurs et de ses parents. Rien que ça, ç’a m’a brisé le coeur. J’imagine toujours ces enfants dire au revoir à leurs parents sur le quai de la gare et à chaque fois j’ai envie de hurler en pensant que plus de la moitié ne les reverront jamais.

J’ai aimé la plongée dans l’Angleterre en guerre, j’ai aimé avoir un point de vue différent par rapport aux histoires qui se passent directement au front, ou dans les pays occupés. Ici, on nous montre que Londres aussi a souffert, peut-être moins que les autres pays en guerre à l’époque, mais rien n’est jamais simple. On nous montre que la vie quotidienne continuait et que les moments de joie cotoyaient les moments de peur absolue où on devait se cacher dans les abris anti-bombes. J’ai aussi aimé la part importante que prenait la musique. Je ne suis pas musicienne mais j’ai pourtant tout à fait réussi à imaginer ce que ressentait Lisa en étant à son instrument, le plaisir, l’espoir et l’échapattoire que ça lui apportait. La passion de Lisa pour le piano est aussi un moyen de montrer que la guerre ne doit pas tout anihiler. La jeune fille poursuit ses rêves, certes avec plus de difficultés, certes elle est beaucoup aidée, mais elle avance malgré tout et c’est un très beau message.

Pour finir, je parlerais juste de l‘affection qu’on éprouve très vite pour les enfants du foyer de Willesden Lane. Ils sont tous émouvants et attachants et les quitter est vraiment difficile. Je répète qu’il s’agit d’une histoire vraie (romancée et partiellement modifiée, mais vraie), ce qui la rend vraiment poignante.

En résumé, j’ai vraiment apprécié ma lecture. On en ressort non pas triste mais plein d’espoir et fort de la volonté de poursuivre nos rêves. Une très belle lecture que je recommande aux personnes qui aiment les romans historiques sur cette période ! Au passage, j’en profite pour vous demander si vous connaisez d’autres livres sur cette période historique ? J’aimerais en lire plus et vos avis m’aideraient beaucoup ! 😉

 

Marie  ❤

Publicités

4 réflexions sur “Chronique : Les enfants de Willesden Lane, de Mona Golabek.

  1. Ca y est je laisse mon premier commentaire sur ton super blog 🙂 J’ai hâte de lire ce livre qui a l’air vraiment formidable ! Continue comme tu le fais c’est super !
    Sur cette période je peux te conseiller certains livres que tu as peut être déjà lus. Il y a, Un sac de bille de Joseph Joffo, Voyage à Pitchipoï de Jean-Claude Moscovici, Un gout de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy et Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci beaucoup, ça me fait très plaisir ! ❤ Et merci pour tes recommandations, j'ai entendu parler de certains titres et j'ai lu Elle s'appelait Sarah que j'avais vraiment aimé … Je me renseignerais sur les autres ! 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s