Chronique : Red Queen, de Victoria Aveyard.

  • Titre : Red Queen
  • Auteur : Victoria Aveyard
  • Editeur : le Livre de Poche
  • Prix : 7.90€
  • 444 pages
  • Résumé :  » Mare Barrows, dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s’avère détenir des pouvoirs magiques dont elle ignorait l’existence, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais de la famille royale, promise à un prince, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un pouvoir qui la dépasse, et à reconnaitre ses ennemis. « 

71Bpf+2wKzL

  • Mon avis : Il s’agit d’une relecture qui confirme ce que j’avais pensé la première fois. Malgré quelques points qui m’ont un peu chiffonnée, j’apprécie beaucoup ce livre.

Dès le début, on est plongés dans l’univers particulier crée par Victoria Aveyard. J’adore l’idée de base : dans le monde de Mare, la société est divisée en deux. Les personnes au sang rouge travaillent comme des esclaves et sont envoyés au front d’une guerre ancestrale, tandis que les personnes au sang argenté, les Argents ont développés des dons particuliers (et géniaux, ne mâchons pas nos mots) qui leur ont permis de prendre la tête du pays. Ils sont l’élite, les nobles, les dirigeants. Les dieux. Tout cela bascule légèrement le jour où Mare, jeune fille Rouge, découvre qu’elle a, elle aussi, un don très spécial… Que dire de cela, si ce n’est que c’est très prometteur ? Ça a effectivement été une très bonne lecture, pas un coup de cœur mais un roman que je relis avec plaisir.

Déjà, le monde crée par l’auteur est très complet et bien construit. La société, son histoire (même si elle n’est que brièvement évoquée), sa géographie, sa géopolitique … On sent que tout est bien clair dans la tête de l’auteur et c’est agréable de voir qu’elle a bien pensé son monde. Les dons mis en scène sont aussi originaux et bien creusés : on a des limites et des contraintes à chacun et on ne se lasse pas de découvrir de nouveaux dons.

Au niveau de l’intrigue, tout va très vite mais ce n’est pas un problème, au contraire : on est entraînés par l’action et on ressent ce que Mare ressent, et faut dire qu’elle n’a pas vraiment un moment pour souffler, la pauvre petite. J’espère que les deux autres tomes creuseront plus cette histoire de rouges qui développent des dons argents. Je ne m’attends pas à une explication-révélation, mais j’avoue que je serais un peu déçue si la morale c’est « les gens évoluent et c’est tout« . Le reste de l’intrigue est intéressant mais pas des plus original, il faut l’avouer ! La rébellion dans une société extrêmement clivée et inégalitaire, ça n’a rien de nouveau mais, encore une fois, ça ne m’a pas dérangée puisque j’adore ça !

Les personnages sont intéressants, même si je les trouve abordés de façon un peu trop superficielle. Même Mare, dont on partage pourtant les pensées, n’est pas très creusée : on sait qu’elle aime sa famille, qu’elle a l’impression de décevoir sa mère, enfin ce genre de chose qui pourraient donner de la profondeur au personnage, mais c’est fait de façon beaucoup trop superficielle à mon goût. Ça vaut pour les autres personnages : Cal, Maven, Kilorn … j’espère que les autres tomes nous permettront aussi d’approfondir ces personnages.

Puisque j’aborde la question des personnages, je dois parler de ce qui m’a un peu gênée. D’abord, le grand retournement de situation dont tout le monde parle à propos de ce livre. Celui qui a mis tout le monde sur les fesses. Eh ben j’étais déçue parce que je l’ai vu venir. Ce qui m’amène au point qui m’a le plus gêné : la naïveté des personnages. Je ne développe pas trop pour ne pas vous spoiler mais si vous l’avez lu, n’hésitez pas à venir m’en parler. Je trouve que les personnages font confiance trop facilement, surtout les leaders de la rébellion ou Mare qui auraient toutes les raisons de se méfier. Elle fait confiance trop vite et elle change d’avis comme de chemise. En gros, elle passe son temps à se dire  » je peux avoir confiance en lui. Oh non, je ne peux pas en fait. Mais en lui, c’est sûr. … Quoi que j’aurais peut-être du continuer à faire confiance au premier … ou alors, le deuxième ? » Vous voyez le genre ? Un peu chiant, même si on comprend que c’est pas facile pour la pauvre Mare qui est lancée dans la fosse aux lions ! Surtout qu’au final, elle tombe la tête la première dans le joli piège qu’on a dessiné rien que pour elle … Bravo, Mare, bravo. (Oui, je suis sans coeur).

Bon, je finis sur ce petit point négatif mais, vous l’aurez compris, cela ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture. J’ai même acheté tome 2 que j’ai hâte d’attaquer : j’espère ne pas être déçue ! Affaire à suivre … 😉

Marie   ❤

Publicités

16 réflexions sur “Chronique : Red Queen, de Victoria Aveyard.

  1. Je l’ai lu et je suis d’accord sur la naïveté des personnages. Tout est bien trop rapide et bien trop facile. Pour des rebelles ayant la réputation d’être intraitables, c’était assez décevant.
    A cause de ça et du fait que le livre soit bourré de clichés sur la dystopie, je n’ai pas pu l’apprécier pleinement. Mais ta chronique explique tout cela très bien. Bravo ☺️

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s