Chronique : Phobos tome 1, de Victor Dixen.

  • Titre : Phobos, tome 1
  • Auteur : Victor Dixen
  • Edition : Collection R.
  • Prix : 17,90€
  • 448 pages.
  • Résumé :

« Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils veulent marquer l’histoire avec un grand H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Elle veut trouver l’amour avec un grand A. Léonor, orpheline de dix-huit ans est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour… Même si le rêve tourne au cauchemar, il est trop tard pour regretter. « 

51ij3mtcqzl-_sx311_bo1204203200_

  • Mon avis : WOOOOOAAAAAAAW  ! Voilà, « merci, de rien, au revoir messieurs-dames »

Okay. Je développe un peu. Mais avant, il faut savoir que j’ai entendu énormément de bien sur cette saga : elle me tentait depuis un looong moment ! Bref, quand j’ai commencé à lire, j’avais quand même des attentes et j’avais même un peu peur d’être déçue en ayant mis la barre trop haut. Vous l’avez compris avec ma petite exclamation introductive : je n’ai pas, mais alors pas du tout été déçue !

J’ai tout de suite été embarquée par l’histoire, par son originalité, par les personnages, par le style de l’auteur … OK, reprenons tout ça (même si, pour éviter de spoiler ceux qui n’ont pas encore lu la série, je resterais volontairement assez vague).

L’histoire d’abord. Elle est très originale : 6 filles, 6 garçons, 6 minutes chaque semaines que dure le voyage vers Mars , 6 couples à former. Un reality show dans l’espace, un speed-dating pour aller coloniser la planète rouge. Rien que ça, c’est génial. Mais en plus des histoires d’amour, d’amitié ou de rivalité qui se dessinent, on a droit à une intrigue plus complexe, qui met nos héros dans la mouise jusqu’au cou et qui laisse présager d’autres tomes bien mouvementés. J’avoue que j’ai hâte de voir comment va évoluer l’histoire et quelles autres péripéties Victor Dixen va nous trouver !

J’ai adoré la façon dont le lecteur est promené entre les points de vue de Léonor, des producteurs, des téléspectateurs, ou encore d’autres personnages dont on devine (et on espère) qu’ils auront plus d’importance dans les tomes suivants (coucou Andrew ! ❤ )

J’ai aussi beaucoup accroché au style de l’auteur. Ses tournures de phrases, poétiques mais incisives, sa façon de découper ses paragraphes pour mettre en valeur des passages … ça m’a fait rêver.

Le style et l’imagination de Victor Dixen sont aussi remarquables quand on pense aux personnages qu’il a crée spécialement pour nous. Léonor est une héroïne badass, belle, courageuse, déterminée, rousse (oui, c’est important pour moi !) avec ses qualités mais aussi, et c’est ce qui est agréable, ses défauts. Elle n’est pas stéréotypée, bien au contraire. J’ai adoré apprendre à la connaitre et comprendre comment elle raisonne. Je ne parlerais pas de tous les personnages secondaires, je vous laisse les découvrir (ou me dire ce que vous pensez d’eux en commentaires ! 😉 ), je dirais seulement quelques mots sur ceux que j’ai préféré. Kris, qui peut paraitre un peu fade mais que j’ai trouvé adorable et touchante, Kelly parce que j’ai eu un coup de cœur pour sa franchise, ses manières directes et sa fêlure intérieure, Serena, que j’ai détesté au moment où elle apparait (j’étais sûre qu’il y avait quelque chose de pas net dans ce personnage …), Mozart le bad boy adorable, et … Marcus. Bien sûr, Marcus. Ce mec est parfait et Anaëlle  a beaucoup de chance de l’avoir ! Non, sans rire, j’ai tout de suite été séduite. Je ne saurais pas l’expliquer, mais je l’adore. J’ai en revanche trouvé que son histoire avec Léonor était mal amenée, peut-être un peu trop rapide… Sorry, mais je n’ai pas vraiment été convaincue par leur première scène : j’ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux… Rassurez-vous, ça s’est vite arrangé au fil des pages et je suis maintenant à fond Team Marcus, Léorcus et tout le bazar. J’ai quand même hâte de voir comment cette relation va évoluer dans les tomes suivants 😀

De manière générale, j’ai aimé que chaque personnage soit creusé et vraiment bien construit. Chacun a son caractère, sa petite histoire, sa particularité. En un sens, ils sont crédibles et, à la fin du premier tome, on a vraiment l’impression de les connaitre tout en devinant qu’on n’a fait qu’effleurer la surface de l’iceberg. Et c’est génial !

Pour finir cette chronique qui devient beaucoup trop longue, je dirais seulement que je vous conseille cette série à 200% et que je remercie encore Anaëlle d’avoir tant parlé de ces livres sur Insta : sans elle, j’aurais sans doute attendu bien longtemps avant de me lancer et ça aurait vraiment été dommage ! ❤

« Cueille le jour … « 

 

Marie ❤

Publicités

9 réflexions sur “Chronique : Phobos tome 1, de Victor Dixen.

    1. Oui carrément ! Parce que s’il y a un peu de romance (ça reste un speed dating …), il n’y a pas que ça et ça n’est même pas vraiment autour de ça que tourne l’intrigue principale !
      Je te conseille quand même la saga, elle est vraiment bien ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s